Le Free-State – Au centre du Pays

Après avoir passé un séjour incroyable au Kruger, nous avons effectué un petit arrêt d’une nuit à Pretoria, la capitale administrative du pays. Nous avons logé chez nos couch surfeurs, un couple de 24 ans. Nous avons donc pu visiter la ville le lendemain avant de repartir quelques jours chez la famille à Johannesburg.

Nous avons ensuite pris la route pour la province du « Free State » qui se trouve au centre même de l’Afrique du Sud.

Church Square – Une place au centre de Pretoria
Union Building – Les deux tours représentent l’union de l’Anglais et de l’Afrikaans
La Bordure du Lesotho

Nous avons voulu faire un premier arrêt dans la petite ville de Clarens, située sur la frontière nord du Lesotho, pays enclavé dans l’Afrique du Sud. Nous sommes partis de Johannesburg l’après-midi pour ne pas arriver trop tard à Clarens, mais rien ne se passe jamais comme prévu ! En partant nous avons d’abord été confrontés aux embouteillages de la grande ville, mais aussi à ses fameuses tempêtes électriques. En effet, Johannesburg est connue pour ses orages et déluges fréquents et très puissants, qui peuvent arriver d’un coup. Ainsi, sur la route pour Clarens nous avons été pris dans un énorme orage qui aura duré tout le long du voyage. En fait, nous allions droit dans la tempête. Les éclairs frappaient de partout et tombaient sur la route devant nous. Un moment aussi magique qu’angoissant. Ajoutez à cela de grands trous sur la route avec un seul phare qui fonctionne et nous avons mis six heures pour arriver à destination, au lieu de 3h30. La tata n’aime pas la pluie, le voyage n’était pas facile.

Les quelques images que nous avons pu avoir de la tempête

 

Nous sommes finalement arrivés à 21h chez notre couch surfeur, Nic, 65 ans, qui nous a gentiment accueilli dans sa ferme, avec un repas délicieux préparé par ses soins. Le lendemain Nic nous a fait visiter la ferme qui est en fait une grande réserve au milieu des montagnes avec zèbres et buffles. Nous avons aussi pu faire une petite randonnée sur une des collines. D’en haut on peut découvrir le Lesotho, le pays aux milles montagnes ! Un pas de plus et nous étions dans la nation voisine avec ses paysages somptueux. Le soir nous avons pu apprécier la petite ville de Clarens et ses habitants, notre hôte nous a invité dans un petit restaurant-bar et nous avons rencontré ses amis autour d’un verre pour une super soirée.

Le Lesotho vu de la colline

Le lendemain, nous avons acheté notre nouvelle roue pour la Tata afin de ranger la roue de secours qui nous a été bien utile depuis Le Mpumalanga ! Nous avons alors pris la route direction Ficksburg, sur la bordure ouest du Lesotho, mais avant cela nous avions envie de faire un arrêt dans la petite ville de Fouriesburg afin de se poser dans un café et de chercher un camping. Hélas nous n’avons pas eu une bonne expérience…

Une fois arrivés à Fouriesburg, nous avons cherché un endroit avec le wifi. On a essayé un premier bar, la propriétaire nous a envoyé dans le bar voisin. Une bière et un chocolat chaud commandés et c’était parti pour les recherches pour trouver où dormir ! Au bout de dix minutes, un grand monsieur tout musclé s’approche de nous. On le reconnait, puisqu’il était dans le premier bar, mais avait visiblement décidé de changer de lieu pour boire sa bière.

Il nous demande alors d’où on vient, de l’Ile Maurice, il nous explique qu’il connait très bien notre pays et nous raconte qu’il a une entreprise minière là-bas et qu’il touche 100 000 $ par mois. Etrange monologue. Ensuite il nous demande ce que l’on fait ici, on lui dit qu’on cherche un endroit où dormir. Tout à coup il nous dit de venir dans le cottage où il loge dans la montagne mais on lui explique que nous n’avons pas ce budget, il insiste alors pour payer notre nuit au cottage car « il adore les mauriciens » et qu’on devra venir dans sa voiture. Tout cela devient vraiment étrange mais encore plus lorsque celui-ci commence à nous dire qu’il est un « pure boer» (boer : Les pionniers blancs d’Afrique du sud, aujourd’hui les descendants de ces colons blancs sud-africain), qu’il est d’une famille de fermier et fier d’être un « vrai ». Il continue à beaucoup insister pour qu’on vienne avec lui, il téléphone alors à la personne du cottage pour lui demander si nous pouvons venir, un détail surprenant c’est qu’il lui parle en anglais et pas en Afrikaans, bizarre, car les afrikaans ne parlent pas souvent anglais entre eux. Mais le pire va être quand Noé se rend compte qu’il n’est pas en train d’effectuer un appel, son téléphone est toujours sur le menu, il fait juste semblant d’être en discussion téléphonique. Discrètement, on discute en français et on décide de vite partir d’ici. On lui dit au revoir, de façon très ironique avec un grand sourire et une main sur l’épaule, il nous dit bon voyage. On récupère rapidement notre Tata et on s’en va pour Ficksburg, mais au bout de quelques minutes, notre roue explose en plein milieu de la route. Notre roue NEUVE que nous avions installée le jour même. On comprend vite que ce monsieur a trafiqué notre roue… Pris de panique, on se dépêche de la changer car nous avions peur qu’il nous ait suivi et on reprend la route jusqu’à la ville. On n’y trouve alors aucun camping ou de couchsurfing, on décide de passer la nuit dans une petite maison d’hôte avec le peu d’argent qui restait. Le lendemain nous sommes allés acheter une nouvelle roue, nous avons parlé de notre histoire au responsable du garage qui nous a dit que c’était : « normal par ici, que dans les petites villes, les sud-africains n’aiment pas les touristes ou tout ce qui n’est pas Afrikaans ou Boers. Il est arrivé la même chose à deux français un mois plus tôt. »

Nous étions très tristes de ce qui nous était arrivé. Nous sommes juste deux jeunes sans prétention qui effectuons ce voyage afin d’en apprendre plus sur le pays et ses habitants, nous voulons ouvrir notre esprit et découvrir. Hélas, comme partout dans le monde, il existe des personnes extraordinaires mais aussi des personnes malveillantes. Il faut faire attention dans tout ce que l’on fait et le plus triste, être méfiant et ne pas faire confiance à tout le monde.

Finalement, nous avons trouvé sur Airbnb une autre maison d’hôte moins chère que là où nous étions. Nous y avons passé un moment agréable et reposant. Nous avons pu raconter notre mésaventure à notre hôte qui a réussi à contacter la propriétaire du bar pour lui expliquer notre histoire, celle-ci s’est excusée de ce qui nous était arrivé.

Le lendemain on s’en est allé en voulant laisser derrière nous le négatif, ce n’était qu’un petit point noir dans toute l’aventure incroyable que l’on vit. On est alors parti pour Bloemfontein passer un week-end en famille qui fait du bien au moral.

Sur la route au Free State
Bloemfontein – La famille

A savoir que l’Afrique du Sud a trois capitales, Le Cap est la capital législative, Pretoria est l’administrative et enfin Bloemfontein la capitale judiciaire.

Nous avions hâte d’arriver à Bloem pour voir la famille et se reposer. Nous sommes tout d’abord allés chez tatie et tonton : Lettie et Jannie et le soir nous avons été chez tatie et tonton, Marita et Paul (maman Angie est sud-africaine !). Le lendemain nous avons passé une journée en famille, tous les cousins réunis, un moment super. Jannie nous avait préparé un repas traditionnel, le Potjiekos (prononcez « poy-ki-koss » qui signifie « petite marmite de nourriture »). En fait il faut mettre dans une marmite de la viande, différents légumes et de l’alcool (vin ou bière), le tout va cuire pendant deux à quatre heures, dehors, sur du charbon. L’ambiance du Potjie est particulièrement sympa. Tout le monde est dehors autour de la marmite à discuter, boire et manger du Biltong (un type de viande séchée typique).

Le fameux Potjiekos

Après le repas, la famille nous a fait essayer quelque chose de plutôt original, sniffer du tabac ! On met un peu de tabac broyé en poudre sur une barre au-dessus de laquelle se trouve une petite tige en métal. On place son nez sur celle-ci et une personne donne un léger coup de l’autre côté de la barre et le tabac entre dans le nez ! Au début, nous étions réticents, mais en fait le tabac est mentholé et donne un effet très très rafraichissant dans tout le nez jusqu’à la tête, un peu comme ces pommades que l’on met sur soi en hiver. L’effet n’est pas si horrible que ça, plutôt surprenant ! Une technique qu’utilisaient les voyageurs et les marins à l’époque, qui aujourd’hui sert comme divertissement en soirée.

Noé qui essaie de sniffer le tabac
Au tour de Angie

Nous avons ensuite profité de Bloem pendant trois jours et nous avons beaucoup appris sur la jolie ville. En néerlandais, Bloemfontein veut dire « fontaine à fleur », on l’appelle aussi la cité des roses. Elle compte plus de 256 000 habitants et elle est la capitale judiciaire depuis 1910.

En haut du “Naval Hill” pour une vue panoramique sur la ville

 

Nous avons pu visiter de beaux endroits mais aussi passer du bon temps en famille ; Noé a pu tester le tir au fusil avec le cousin Nico ou le jet ski avec le cousin Duane et nous avons admiré de vielles photos de la famille. La tata était un peu fatiguée, roues abimées ou pas de phare mais « Oom » (tonton en Afrikaans) nous a fait un beau cadeau et nous a offert de nouvelles roues de compet’ et de nouveaux phares. « Tannie » (tante en Afrikaans) nous a préparé un grand sac avec des sandwichs, de l’eau fraiche et pleins de petites gâteries. Nous voilà donc fins prêts à partir avec une Tata au top et la glacière bien remplie !

Noe et un des chevaux nains de Lettie
Noé au tir
Noé heureux d’avoir tiré au fusil
La journée Bouée et Jet Ski
Une vielle photo de maman Angie
Et une de Daddy et sa Honda
Angie a 4 ans … #20yearschallenge …
Angie et ses deux jolies cousines – Corney et Ilonka

 

Et merci à la famille qui nous a si bien accueilli ! Les tontons et tantines (Paul, Marita, Jannie et Lettie)

Nous prenons alors la route pour entrer dans le désert du Karoo: Bonjour la chaleur !

 

Avec une glacière bien remplie
Et la Tata toute neuve ❤

One Reply to “Le Free-State – Au centre du Pays”

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.